DOCUMENTATION

Vous trouverez ici les articles, livres et vidéos lus / écoutés pour la construction des recettes express.

Accédez à ce qui vous intéresse en 1 clic sur le sommaire ci-dessous.

ARTICLES

LES COMBINAISONS ALIMENTAIRES

« Mieux digérer c’était l’objectif de base, mais on se rend compte que quand les gens combinent mieux, ils ne vont pas créer de graisse. A partir du moment où on ne crée plus de stockage et qu’on est habitués à manger des aliments bruts, en faisant de l’activité physique, on va perdre du poids. Donc on va retrouver une meilleure digestion et des kilos en moins ». Julien Ricotta, journaliste, Dr Kahina Oussedik, biochimiste alimentaire. https://www.europe1.fr/sante/6-conseils-pour-maigrir-en-soignant-sa-digestion-3991843. En savoir plus.

Haut de page

LE COMPORTEMENT ALIMENTAIRE

LES INFLUENCES NÉGATIVES

LE STRESS

« D’autre part, on a le emotional eating, des envies de manger émotionnelles. Ce sont des compulsions alimentaires, donc des épisodes de prise alimentaire exagérée, dues aux émotions. » « En pratique, un stress très violent et très important coupe l’appétit parce qu’on n’arrive pas à mettre en route un mécanisme protecteur. » Ulla Majoube, journaliste, Gérard Apfeldorfer, psychiatre. https://www.lexpress.fr/styles/psycho/nourriture-contre-le-stress-manger-pour-calmer-ses-emotions-c-est-normal_1737596.html. En savoir plus.

LA MAUVAISE ALIMENTATION

« Et s’il suffisait de manger les bons aliments pour réduire le stress ? Dans une étude publiée en 2016 dans la revue Journal of Nutrition & Food Sciences, des chercheurs estiment que les repas riches en variés améliorent le fonctionnement du cerveau ». Hélène Huret, Estelle Priam, journalistes, Dr Jesus Cardenas, allergologue. Références bibliographiques incluses. https://www.doctissimo.fr/html/nutrition/mag_2001/mag0928/nu_4598_aliments_stress.htm. En savoir plus.

LA SÉDENTARITÉ

« Le fait d’être sédentaire augmente les facteurs de risque cardiovasculaires classiques, comme le surpoids, le diabète, l’hypertension artérielle, les dyslipidémies  » Pr Michel Galinier, chef du service de cardiologie au CHU de Toulouse, Nathalie Szapiro-Manoukian, journaliste. https://sante.lefigaro.fr/article/la-sedentarite-une-menace-silencieuse-pour-notre-sante/. En savoir plus.

LES MAUVAISES HABITUDES DEPUIS L’ENFANCE, LA TÉLÉVISION ET LE MARKETING

« Comme la plupart des préférences alimentaires sont formées au cours de la petite enfance, les enfants sont à risque de développer des préférences durables à l’égard d’aliments chargés de calories, de gras et de sucres ajoutés et sont ainsi plus à risque d’obésité à cause des pratiques de commercialisation alimentaire employées pour la télévision. » Chrisa Arcan, University of Minnesota, États-Unis. Références bibliographiques incluses. http://www.enfant-encyclopedie.com/alimentation-enfant/selon-experts/limpact-de-la-television-et-des-publicites-televisees-sur-les#:~:text=L’%C3%A9coute%20de%20la%20t%C3%A9l%C3%A9vision%20est%20associ%C3%A9e%20%C3%A0%20la%20consommation,de%20moins%20de%2012%20ans. En savoir plus.

« Le temps passé devant la télévision s’avère ainsi prédictif de comportements alimentaires moins favorables à la santé (Coon et coll., 2001 ; Boynton-Jarrett et coll., 2003 ; Miller et coll., 2008). (…) Le temps passé devant la télévision est apparu, après ajustement sur les variables sociodémographiques et l’activité physique, significativement corrélé négativement à la consommation de fruits et légumes et positivement
à la consommation de sucreries et de produits de fast-foods. » (Lipsky et Iannotti, 2012) (…)  » Les résultats de l’étude suggèrent que l’exposition cumulative à la publicité alimentaire télévisée est significativement corrélée aux choix alimentaires et aux habitudes de consommation des adolescents. » (Scully et coll. (2007 et 2012). Références bibliographiques incluses. http://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/6522/%3Fsequence%3D22. En savoir plus.

« La première partie de cette étude met en lumière (…) l’influence de ces publicités se traduit par les demandes d’achats que les enfants adressent à leurs parents, demandes auxquelles une partie importante des parents ne sait pas résister  » UFC Que choisir. https://www.quechoisir.org/dossier-de-presse-les-publicites-de-l-industrie-agroalimentaire-influence-sur-les-preferences-et-les-comportements-alimentaires-des-enfants-n12791/#a-les-enfants-savent-faire-ceder-leurs-parents. En savoir plus.

« Par ailleurs, les adultes déjeunant ou dînant devant un écran sont nombreux, smartphone ou télévision en tête. Notre attention, captivée par les images et les sons, n’est plus dirigée sur nos sensations liées à l’acte de manger. La satiété, qui devrait normalement nous faire arrêter de manger quand elle survient, n’est plus perçue. » Didier Courbet, Marie-Pierre Fourquet-Courbet, professeurs des universités et chercheurs en sciences de la communication, Aix-Marseille Université. https://www.francetvinfo.fr/sante/alimentation/pourquoi-les-ecrans-font-grossir_3444445.html. En savoir plus.

LES INFLUENCES POSITIVES

LA MÉDITATION

« Une étude réalisée par des chercheurs de la McGill Univeristy au Canada, de Harvard aux Etats-Unis,et de l’Université de Groningen aux Pays-Bas, et dont les résultats sont parus dans Obesity Review, montre l’intérêt de la méditation de pleine conscience pour la perte de poids et son maintien une fois le régime terminé. » Véronique Bertrand, chef de rubrique SANTE MAGAZINE. https://www.santemagazine.fr/actualites/actualites-minceur/pour-maigrir-meditez-en-pleine-conscience-221483#Des-b%C3%A9n%C3%A9fices-%C3%A0-long-terme. En savoir plus.

« Désormais objet d’études scientifiques, la méditation apparaît comme un recours efficace contre le stress ». Antoine Lutz, neuroscientifique, Francis Lecompte, journaliste. https://lejournal.cnrs.fr/articles/la-meditation-agit-directement-sur-notre-stress. En savoir plus.

LA MARCHE

« La liste des bénéfices de la marche sur le cerveau est longue, de la prévention de la démence à la réduction du risque de développer la maladie d’Alzheimer, mais la marche est aussi et avant tout un moyen de lutte contre le stress sans pareil. » Stéphane Demorand, kinésithérapeute. https://www.lepoint.fr/sante/kine/demorand-les-fabuleux-bienfaits-de-la-marche-04-02-2019-2291131_2467.php#. En savoir plus.

LES INFLUENCES NEUTRES

LE RYTHME BIOLOGIQUE

« Grâce aux travaux étudiant l’altération de l’état de santé des personnes souffrant de troubles du sommeil, il a été possible de mettre en exergue qu’une mauvaise qualité/quantité de sommeil accentue le risque d’irritabilité, de symptômes dépressifs, mais aussi de prise de poids, d’hypertension ou d’infection. » https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/sommeil. En savoir plus.

« Or mal ou insuffisamment dormir accroît le risque d’être en surpoids, en plus de provoquer d’autres problèmes, liés par exemple à la mauvaise concentration et mémorisation la journée. » Didier Courbet, Marie-Pierre Fourquet-Courbet, professeurs des universités et chercheurs en sciences de la communication, Aix-Marseille Université. https://www.francetvinfo.fr/sante/alimentation/pourquoi-les-ecrans-font-grossir_3444445.html. En savoir plus.

« Oui, le cycle menstruel influe sur votre appétit. Les spécialistes estiment ainsi qu’en première partie de cycle (sous l’influence des œstrogènes) les femmes ont un appétit plutôt diminué… À l’inverse, en deuxième partie de cycle (sous l’influence de la progestérone) les femmes seront davantage sujettes aux fringales, aux envies d’aliments « sucrés » ! » Charline Delafontaine, journaliste santé, Dr Odile Bagot, gynécologue. https://www.doctissimo.fr/sante/regles/regles-et-vie-de-femme/physiologie-cycle-menstruel#:~:text=Oui%2C%20le%20cycle%20menstruel%20influe,ont%20un%20app%C3%A9tit%20plut%C3%B4t%20diminu%C3%A9%E2%80%A6. En savoir plus.

Haut de page

LES FRUITS ET LES LÉGUMES

LE CALENDRIER DES FRUITS ET LÉGUMES DE SAISON

https://www.greenpeace.fr/guetteur/calendrier/. Consulter.

Attention, la distinction n’est pas faite entre les légumes, les féculents et les farineux.

LE CONTRÔLE DU POIDS ET LA SANTÉ

« La nature est bien faite et nous offre tout ce dont nous avons besoin au bon moment (…) En hiver, le froid et le manque de soleil amplifient nos besoins en nutriments. Et ça tombe bien puisque c’est la saison actuelle des légumes riches en minéraux comme les choux, les poireaux, les navets… mais aussi celle des agrumes, riches en vitamine C. » En été, en revanche, « notre organisme demande plus d’eau. Le melon, la tomate, la courgette en sont gorgés » Angélique Fabiani, diététicienne-nutritionniste. Aurore Coulaud, journaliste. https://www.liberation.fr/france/2018/01/13/pourquoi-est-il-conseille-de-manger-des-fruits-et-legumes-de-saison_1621951. En savoir plus.

« Les fruits et légumes vous apportent nombre de vitamines et de minéraux, et ce n’est pas seulement pour mincir qu’il faut en manger mais tout simplement pour préserver sa santé, bien grandir et bien vieillir. » Juliette Lauzanne, journaliste, Dr Jésus Cardenas, allergologue. https://www.doctissimo.fr/html/nutrition/aliments/fruits-legumes/articles/10166-portion-fruits-legumes.htm. En savoir plus.

« Les fruits et légumes sont également riches en vitamines et minéraux qui participent à la santé en général. De plus, ils n’apportent que peu de calories, ce qui facilite le maintien d’un poids santé. » Claudia Morissette, journaliste scientifique. Références bibliographiques incluses. https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/ArticleComplementaire.aspx?doc=cancer_fruits_et_legumes_do#:~:text=Les%20fruits%20et%20l%C3%A9gumes%20sont,maintien%20d’un%20poids%20sant%C3%A9. En savoir plus.

« Les fruits font partie intégrante d’un régime sain et équilibré. Pourtant, encore trop d’idées reçues circulent à leur propos (…) les fruits sont constitués de nombreux éléments essentiels à l’organisme. (…) ils contiennent une quantité importante de fibres alimentaires solubles et insolubles. (…) les fibres sont excellentes pour avoir un sentiment de satiété plus durable et pour réguler la prise alimentaire. » Léa Zubiria, diététicienne-nutritionniste. https://www.passeportsante.net/perdre-du-poids-g160/fiche.aspx?doc=10-fruits-brule-graisse. En savoir plus.

Haut de page

LES INGRÉDIENTS : ATOUTS MINCEUR ET SANTÉ

Accédez à ces descriptifs depuis les recettes, en 1 clic sur les ingrédients.

AMANDE : « Plusieurs études épidémiologiques indiquent qu’une consommation régulière de fruits à écale et oléagineux n’est pas associée (…) à une augmentation du poids corporel. En effet, certains composés contenus dans les fruits à écale et oléagineux augmentent la satiété et le métabolisme corporel et rendent incomplète l’absorption des lipides (près de 20%), ce qui résulte en une diminution de l’apport en énergie. » Audrey Cyr, nutritionniste, Louise Corneau, Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels (INAF). Références bibliographiques incluses. https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=amande_nu. En savoir plus.

AVOCAT : « Ses atouts nutritionnels, et tout particulièrement la qualité de ses matières grasses, son apport en fibres, vitamines et minéraux, en font un allié de choix pour contribuer à l’équilibre alimentaire. Profitez-en même si vous surveillez votre ligne, en cas de diabète ou encore en cas d’ hyperlipidémie. L’ajout d’un demi-avocat lors d’un repas test a permis d’améliorer la satiété chez des personnes en surpoids pendant une période de 3 à 5 heures. Il a augmenté le sentiment de satisfaction et a diminué l’envie de manger. Cet effet, qui pourrait être une aide dans le cadre de la gestion du poids, doit être confirmer par d’autres études. » Agnès Mignonac, diététicienne-nutritionniste. Références bibliographiques incluses. https://www.doctissimo.fr/nutrition/famille-d-aliments/guide-aliments/avocat. En savoir plus.

AVOINE : « Les aliments à base d’avoine ont fait l’objet de plusieurs investigations, particulièrement en raison de leur contenu en bêta-glucane, une fibre soluble présente en grande quantité dans cette céréale.(…)En effet, le bêta-glucane ralentirait l’absorption des glucides dans l’intestin, ce qui diminuerait la glycémie après les repas, entraînant par le fait même une réduction des besoins en insuline. » Léa Zubiria, diététicienne-nutritionniste. Références bibliographiques incluses. https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=avoine_nu. En savoir plus.

BANANE : « La banane non mûre contient de l’amidon résistant, un type de sucre qui résiste à l’action des enzymes digestifs (de la même manière que les fibres alimentaires) (…) Des chercheurs ont observé que l’amidon résistant diminuait l’absorption des sucres consommés au même moment, ce qui entraînait une diminution de la glycémie (taux de sucre dans le sang). » Louise Corneau, Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels (INAF). https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=banane_nu. En savoir plus.

BICARBONATE DE SOUDE / SODIUM : « Une étude américaine parue dans le Journal of Immunology a montré que consommer du bicarbonate de soude chaque jour à petite dose pourrait réduire l’inflammation des maladies comme la polyarthrite rhumatoïde. Preuve est faite des vertus antiacides de la petite poudre magique. Mais le bicarbonate a aussi bien d’autres propriétés. » Carole Garnier, journaliste spécialisée en nutrition. https://www.topsante.com/medecines-douces/remedes-de-grand-mere/bicarbonate-de-soude/bicarbonate-de-soude-cuisine-613371. En savoir plus.

BOEUF : (à 5% M.G) « Une récente étude dont le but était de réviser plus de 50 recherches réalisées sur le sujet a plutôt permis de conclure que la viande rouge maigre, dépourvue de son gras visible, n’augmentait pas le cholestérol total ni le cholestérol-LDL (« mauvais » cholestérol ) dans le sang. Ces résultats laissent penser que la consommation modérée de bœuf maigre peut faire partie d’une alimentation saine. » Léa Zubiria, diététicienne-nutritionniste. Références bibliographiques incluses. https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=boeuf_nu. En savoir plus.

CACAHUÈTE : « On redécouvre aussi la purée 100 % cacahuète (et non le beurre de cacahuète, qui contient souvent du sel, du sucre… ), parfaite pour lutter contre les petits creux dans la matinée, sur une tranche de pain au levain par exemple. » Brigitte Mercier-Fichaux, diététicienne, formatrice en cuisine bio. https://www.topsante.com/nutrition-et-recettes/equilibre-alimentaire/conseils-dietetiques/les-cacahuetes-sont-elles-bonnes-pour-la-sante-633182. En savoir plus.

CACAO : « Indications thérapeutiques usuelles : Stress, fatigue et dépressions légères ; protection du système cardio-vasculaire et prévention des maladies cardio-vasculaires (comme l’infarctus du myocarde) ; hypertension artérielle ; vieillissement cellulaire ; perte de poids. » Dr Jésus Cardenas, directeur médical de Doctissimo. Références bibliographiques incluses.https://www.doctissimo.fr/html/sante/phytotherapie/plante-medicinale/cacao.htm#:~:text=Source%20de%20magn%C3%A9sium%2C%20c’est,troubles%20de%20la%20fonction%20immunitaire. En savoir plus.

CANNELLE : « Plusieurs études in vitro et chez l’animal indiquent que la cannelle renferme des composés aux propriétés apparentées à l’insuline potentiellement bénéfiques pour lutter contre le diabète. » Léa Zubiria, diététicienne-nutritionniste. Références bibliographiques inclues. https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=cannelle_nu. En savoir plus.

CAROTTE : « Bien que l’index glycémique de la carotte cuite soit élevé, sa charge glycémique, elle, est plutôt faible, car la quantité de glucides d’une portion normale est modérée. La consommer, crue ou cuite, ne constitue donc pas un frein à la perte de poids. » Léa Zubiria, diététicienne-nutritionniste. Références bibliographiques incluses. https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=carotte_nu. En savoir plus.

CHAMPIGNON DE PARIS : « Faiblement calorique, riche en eau, il présente d’excellentes teneurs en cuivre, potassium et vitamines du groupe B. » Florence Daine, journaliste nutrition. Références bibliographiques inclues. https://www.doctissimo.fr/nutrition/famille-d-aliments/guide-aliments/champignon-de-Paris. En savoir plus.

CHOU-FLEUR : « Le chou-fleur est peu calorique (20,9 Cal /100 g) et très riche en eau en affichant une teneur de 93,7%. » Catherine Conan diététicienne. Références bibliographiques incluses. https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=chou_fleur_nu. En savoir plus.

COMPOTE : « Un fruit de saison est souvent une très bonne option, facile à manger à la maison ou bien à emporter. Ysabelle Levasseur conseille de choisir « un fruit frais de préférence pour préserver la vitamine C. Mais on peut aussi varier en préparant une pomme au four, ou une compote maison sans sucre ». Lucie de La Héronnière, journaliste, Ysabelle Levasseur, diététicienne. https://www.lexpress.fr/styles/saveurs/comment-choisir-les-desserts-les-moins-caloriques_1953794.html. En savoir plus.

CONCOMBRE : « Le concombre est un légume savoureux qui s’intègre facilement dans le cadre d’une alimentation équilibrée, ou dans de nombreuses alimentations spécifiques : minceur, diabète, cholestérol… » Agnès Mignonac, diététicienne-nutritionniste. Références bibliographiques incluses. https://www.doctissimo.fr/nutrition/famille-d-aliments/guide-aliments/concombre#:~:text=Apport%20en%20glucides&text=Ces%20glucides%20sont%20apport%C3%A9s%20principalement,%3A%20minceur%2C%20diab%C3%A8te%2C%20cholest%C3%A9rol%E2%80%A6. En savoir plus.

CRUDITÉS : « Aussi étonnant que cela puisse paraître, de nombreuses études scientifiques mettent en lumière les effets positifs du crudivorisme sur l’évolution d’un certain nombre de maladies chroniques ou mentales et sur l’atténuation de nombreux facteurs de risques impliqués dans les maladies cardiovasculaires. » Références bibliographiques inclues. https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=cuisson-ne-pas-perdre-les-nutriments-encourager-la-consommation-d-aliments-crus. En savoir plus.

CUMIN : « Très répandu dans la cuisine monde, le cumin est bien plus qu’une simple épice. En effet, derrière son goût unique se cache un ensemble de principes actifs qui pourraient se révéler très utiles pour garder la ligne et la santé. » Léa Zubiria, diététicienne-nutritionniste. Références bibliographiques incluses. https://www.passeportsante.net/perdre-du-poids-g160/fiche.aspx?doc=cumin-pour-maigrir. En savoir plus.

CURCUMA : « Soulage les troubles digestifs. (…) Surtout réputé pour ses multiples vertus santé, le curcuma se consomme frais ou moulu et permet la réalisation de recettes aussi saines que dépaysantes. » Léa Zubiria, diététicienne-Nutritionniste. Références bibliographiques incluses. https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=curcuma_nu. En savoir plus.

CURRY : « Facilite la digestion. (…) Le curry est riche en calories avec 301 Cal/100 g mais la quantité utilisée est infime. » Catherine Conan, diététicienne. Références bibliographiques incluses.https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=curry_nu. En savoir plus.

ECHALOTTE : « L’échalote fait partie intégrante de la gastronomie française, au même titre que l’ail et l’oignon. Pour cause, elle entre dans la composition de certains de nos plats les plus populaires. Une excellente nouvelle lorsque l’on sait que ses atouts nutrition et santé sont aussi nombreux que variés. » Léa Zubiria, diététicienne-nutritionniste. Valeurs nutritionnelles et caloriques citées. https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=echalote_nu. En savoir plus.

FARINE COMPLÈTE OU SEMI-COMPLÈTE : « Comment agissent les glucides ? Tout revient à l’insuline. L’insuline est une hormone qui agit pour vous faire stocker des calories sous forme de graisse dans les tissus adipeux. L’insuline, de concert avec le sucre sanguin plus élevé, c’est ce qui fait qu’une cellule adipeuse grossit. Et plus les glucides sont raffinés, plus ils sont faciles à digérer, plus la nourriture est sucrée, plus l’insuline s’élève. » Gary Taubes, journaliste scientifique américain. https://www.thierrysouccar.com/nutrition/info/g-taubes-pourquoi-les-glucides-font-grossir-322. En savoir plus.

 FÉCULE DE MAÏS : « La fécule de maïs est à peine moins calorique que la farine mais on obtient la même onctuosité en en mettant moins. 60g de fécule de maïs au lieu de 100g de farine, c’est 150 calories en moins. » Dr Jésus Cardenas, allergologue. https://www.doctissimo.fr/nutrition/diaporamas/alleger-patisseries/remplacer-tout-ou-partie-de-la-farine-de-ble-par-de-la-fecule-de-mais-ou-maizena. En savoir plus.

FÉTA : « Cette année, mes vacances d’été m’ont menée dans le pays le plus au sud de notre vieux continent : La Grèce, et plus précisément la plus grande île de cette contrée, la Crète.
Réputée pour son climat et sa douceur de vivre, elle représente aussi le joyau de l’alimentation méditerranéenne par excellence. Impossible de ne pas vous faire partager en quelques mots cette formidable culture culinaire ancestrale et ses bienfaits pour la santé ! » Elodie Sentenac, diététicienne-nutritionniste. https://www.thierrysouccar.com/blog/le-regime-cretois. En savoir plus.

FLEUR D’ORANGER : « Les vertus sédatives des feuilles et des précieuses fleurs sont unanimement reconnues, tout comme leur faculté à calmer l’anxiété ou les petits maux de ventre des nourrissons. » Références bibliographiques incluses. https://fr.wikipedia.org/wiki/Fleur_d%27oranger#Propri%C3%A9t%C3%A9s. En savoir plus.

FROMAGE DE CHÈVRE : « Le fromage au lait de chèvre est particulièrement bien digéré par l’organisme grâce aux vitamines et aux minéraux qu’il contient. De plus, il est moins gras que les fromages au lait de vache et renferme plus d’acides gras à chaîne courte qui facilitent la digestion. Le fromage de chèvre est un produit laitier intéressant qui peut faire partie de l’alimentation quotidienne. » Julie Bernichan, journaliste santé, Louise Lambert-Lagacé, diététicienne. https://www.medisite.fr/aliments-et-vertus-sante-les-vertus-sante-du-fromage-de-chevre.806305.74.html. En savoir plus.

FRUITS ROUGES : « Les fruits rouges sont faibles en calories, et peuvent donc être intégrés dans un régime minceur pour des desserts gourmands et allégés à souhait. Ils doivent toutefois pour cela ne pas être consommés sous une montagne de chantilly. » Audrey Dulieux, journaliste scientifique. https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=10-vertus-fruits-rouges En savoir plus.

HUILE DE COCO : « L’huile de coco, malgré sa grande teneur en acides gras saturés, aurait au contraire un effet protecteur sur les artères et le cœur, notamment grâce à son processus de métabolisation : le corps utilise immédiatement les réserves de gras, sans les stocker. » Anne-Charlotte Fraisse, journaliste et naturopathe. Référence bibliographique incluse. https://www.lexpress.fr/styles/tout-sur-l-huile-de-noix-de-coco-bienfaits-risques-calories-graisses-bio-sante_1814613.html. En savoir plus.

« Dans la mesure où l’acide laurique est une énergie facilement utilisable par l’organisme, l’huile de coco est traditionnellement recommandée dans certains régimes amaigrissants comme le cétogène par exemple. » Dr Corinne Chicheportiche-Ayache, médecin nutritionniste. https://www.santemagazine.fr/alimentation/aliments-et-sante/fruits/la-noix-de-coco-est-elle-vraiment-un-aliment-healthy-424385. En savoir plus.

HUILE DE COLZA : « Son principal atout est sa richesse en oméga 3 (9 %), avec un rapport oméga 6/oméga 3 inférieur à 4, donc favorable à la bonne assimilation de ces deux acides gras indispensables », Florence Foucaut, diététicienne-nutritionniste. https://www.topsante.com/nutrition-et-recettes/les-bons-aliments/matieres-grasses/ce-qu-il-faut-savoir-sur-l-huile-de-colza-250421. En savoir plus.

HUILE DE NOIX : « Légèrement plus riche en oméga-6 que les autres huiles d’origine végétale, elle contribue à faire baisser le taux de mauvais cholestérol dans l’organisme et sa vitamine E protège le système nerveux. » Florence Foucaut, diététicienne nutritionniste. https://madame.lefigaro.fr/bien-etre/quelles-huiles-vegetales-dans-ma-cuisine-250215-94863. En savoir plus.

HUILE D’OLIVE / OLIVE : « Les études montrent en effet que, comparativement aux graisses saturées, ces gras diminuent les taux sanguins de cholestérol-LDL et de cholestérol total et améliorent le contrôle de la glycémie. » Dr Martin Juneau, cardiologue et directeur de la prévention, Institut de cardiologie de Montréal. https://observatoireprevention.org/2016/12/01/lhuile-dolive-lame-du-regime-mediterraneen-2/. En savoir plus.

HUILE DE PALME : « L’huile de palme possède un profil nutrition atypique et est caractérisée par une grande teneur en acides gras saturés. Il faut toutefois noter l’absence d’acides gras trans dans l’huile de palme, ce qui est un avantage pour la santé. Malgré tout cela, il est important de garder à l’esprit que cette huile est à consommer avec modération et dans le cadre d’une alimentation diversifiée. » Léa Zubiria diététicienne-nutritionniste. https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=huile_de_palme_nu. En savoir plus.

LAIT D’AMANDE : « Le lait d’amande est une boisson d’origine végétale. Il s’agit d’amandes broyées, mélangées avec de l’eau. Le breuvage est ensuite filtré. (…) La lait d’amande ne contient pas de lactose: il est donc globalement plus digeste que le lait de vache (…) Un verre de boisson végétale à l’amande est généralement moins calorique qu’un verre de lait de vache (…). En outre, si on le compare avec le lait de vache, le lait d’amande demeure très pauvre en acides gras saturés. » Lucie De La Héronnière, journaliste. https://www.lexpress.fr/styles/saveurs/lait-d-amande-tout-ce-qu-il-faut-savoir-de-sa-recette-a-ses-bienfaits_1921727.html. En savoir plus.

LAIT DE COCO : « La noix de coco et le lait de noix de coco sont d’excellentes sources de manganèse. Le manganèse agit comme cofacteur de plusieurs enzymes qui facilitent une douzaine de différents processus métaboliques. » Catherine Conan, diététicienne. Références bibliographiques incluses. https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=noix_coco_nu. En savoir plus.

Processus métabolique : « Le métabolisme est un système complexe. Il détermine la vitesse et l’efficacité avec lesquelles le corps brûle les calories et la quantité de calories que nous pouvons manger en une journée sans prendre de poids. » Elena Bizzotto, journaliste. https://www.santemagazine.fr/sante/dossiers/physiologie/5-choses-a-savoir-sur-le-metabolisme-336017. En savoir plus.

LÉGUMES VERTS : Épinards… « Les légumes verts contiennent beaucoup d’eau et sont faibles en calories, ils permettent donc de garder la ligne ou favorisent la perte de poids dans le cadre d’un régime minceur. » https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/Fiche.aspx?doc=bienfaits-legumes-verts-sur-notre-sante. En savoir plus.

LENTILLE : « Favorisant le rassasiement (sensation d’avoir l’estomac bien rempli au cours du repas) et la satiété (absence de faim dans les heures suivant le repas) grâce à cette combinaison de glucides complexes, de fibres et de protéines, elle est particulièrement recommandée en cas de surpoids pour éviter les fringales entre les repas. » Florence Daine, journaliste nutrition. Références bibliographiques incluses. https://www.doctissimo.fr/nutrition/famille-d-aliments/guide-aliments/lentille. En savoir plus.

MAÏS : « Le Guide alimentaire canadien pour manger sainement (…) insiste sur le choix de produits céréaliers à grains entiers ou enrichis. Les autorités américaines (…) recommandent qu’au moins la moitié des produits céréaliers consommés soient à grains entiers. Ces recommandations sont basées sur les résultats d’études épidémiologiques qui démontrent que la consommation de grains entiers serait reliée à un risque moindre de maladies cardiovasculaires et de diabète, de certains cancers et d’obésité. » Josiane Cyr, Annie Bédard, nutritionnistes, Louise Corneau, Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels (INAF). Références bibliographiques incluses. https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=mais_nu. En savoir plus.

MELON : « Son apport calorique n’est pas très élevé : en moyenne 35 à 40 kcal pour 100 g, selon son taux de sucre qui peut varier de 6 à 14 % mais se situe le plus souvent aujourd’hui, aux alentours de 10 à 12 %. » Véronique Liégeois, nutritionniste, Anne-Sophie Glover-Bondeau, journaliste santé. Références bibliographiques incluses. https://www.doctissimo.fr/html/nutrition/aliments/fruits-legumes/articles/15173-bienfaits-sante-melon.htm. En savoir plus.

MENTHE : « Premièrement, la menthe a un effet rafraîchissant et coupe-faim puissant. La menthe a aussi de nombreuses vertus sur le système digestif puisqu’elle permet notamment d’apaiser les douleurs digestives et de favoriser le transit. Les actifs contenus dans la menthe permettent aussi de stimuler les organes digestifs et l’assimilation des nutriments. » Léa Zubiria, diététicienne-nutritionniste. https://www.passeportsante.net/perdre-du-poids-g160/fiche.aspx?doc=boissons-minceur. En savoir plus.

MIEL : « Le miel contient sensiblement la même quantité de sucre ou de calories que les autres agents sucrants (sucre blanc, cassonade, sirop d’érable) mais dû à son pouvoir sucrant plus élevé, il est un choix intéressant car on le consomme en quantité plus faible. Également, comme celui-ci possède un indice glycémique plus faible, il demeure un choix plus avisé pour les personnes atteintes de diabète. » (glycémie : taux de sucre dans le sang). Caroline Melkonian, nutritionniste, Louise Corneau, Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels (INAF). Références bibliographiques incluses. https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=miel_nu. En savoir plus.

MIEL IG BAS : « Les miels qui affichent un index glycémique bas (moins de 55) sont les suivants : miel de tilleul (IG = 49 à 56), miel d’acacia (IG = 53), miel de bruyère (IG = 54), miel de châtaignier (54).
Ces miels sont donc à privilégier, car ils ont tendance à générer des pics glycémiques moindres. » Nathalie Majcher, diététicienne-nutritionniste, auteur du site : https://docteurbonnebouffe.com/index-glycemique-miel/. En savoir plus.

MYRTILLE : « Grâce à leur richesse en anthocyanines, les myrtilles vont freiner l’absorption des sucres après les repas ce qui contribue à une meilleure régulation de la glycémie. Les antioxydants de la myrtille augmenteraient l’effet de satiété et diminueraient la prise alimentaire, ce qui pourrait en faire un nouvel allié anti-obésité. Cette observation n’a été faite pour l’instant que chez l’animal. » Marie-Charlotte Rivet Bonjean, diététicienne-nutritionniste. Références bibliographiques incluses. https://www.lanutrition.fr/les-atouts-sante-de-la-myrtille En savoir plus.

NOISETTE : « Plusieurs études épidémiologiques et cliniques associent une consommation régulière de fruits à écale et oléagineux à divers bienfaits pour la santé tels qu’un effet hypocholestérolémiant, une diminution du risque de maladies cardiovasculaires et de diabète de type 2. (…) une consommation régulière de fruits à écale et oléagineux n’est pas associée à une prise de poids. Cela pourrait notamment s’expliquer par certains composés qui rendent incomplète l’absorption des lipides des fruits à écale et oléagineux, par une augmentation de la satiété ou par une augmentation du métabolisme. » Références bibliographiques incluses. Caroline Trudeau, Iris Gigleux, nutritionnistes, Louise Corneau, Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels (INAF). https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=noisette_nu. En savoir plus.

NOIX : « De plus, deux vastes revues de la littérature scientifique ont aussi démontré qu’une consommation régulière de fruits à écale et d’oléagineux ne serait pas associée à une prise de poids. » Léa Zubiria, diététicienne-nutritionniste. https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=noix_nu. En savoir plus.

NOIX DE CAJOU : « Plusieurs études épidémiologiques et cliniques associent une consommation régulière de fruits à écale et oléagineux à divers bienfaits pour la santé. Ils auraient un effet hypocholestérolémiant et ils diminueraient le risque de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2… » Léa Zubiria, diététicienne-nutritionniste https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=noix_cajou_nu. En savoir plus.

NOIX DE COCO : « on a longtemps diabolisé la noix de coco en raison de sa richesse en acides gras saturés (…) Or, on a récemment découvert qu’il existait différents types d’acides gras saturés et que tous n’avaient pas le même impact sur la santé, notamment ceux qu’elle contient de façon majoritaire. » Dr Corinne Chicheportiche-Ayache, médecin nutritionniste. https://www.santemagazine.fr/alimentation/aliments-et-sante/fruits/la-noix-de-coco-est-elle-vraiment-un-aliment-healthy-424385. En savoir plus.

NOIX DE SAINT-JACQUES : « Très prisée des amateurs de gastronomie, elle permet la réalisation de recettes à la fois raffinées et originales. Côté nutrition, la Saint-Jacques bénéficie de nombreux atouts. À commencer par sa teneur en protéines de qualité et sa faible teneur en lipides faisant d’elle une véritable alliée santé et minceur. » Léa Zubiria, diététicienne-nutritionniste. https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=coquille_saint_jacques_nu. En savoir plus.

OEUF : « Son effet coupe-faim le rend bénéfique pour garder la ligne, et sa teneur en vitamines contribue à réduire le vieillissement des fonctions cognitives. (…) Très riche en protéines, l’œuf est un aliment qui met longtemps à être digéré par l’estomac et qui procure donc un effet de satiété pendant plusieurs heures. Il a d’ailleurs déjà été prouvé que se régaler avec des œufs au petit déjeuner était plus bénéfique que des tartines de confiture ou des céréales. » Emmanuelle Jung, journaliste santé, Raphaël Gruman, nutritionniste. Références bibliographiques incluses. https://www.medisite.fr/bien-manger-les-vraies-bonnes-raisons-daimer-les-oeufs.5535065.72.html. En savoir plus.

OIGNON : « L’oignon régule aussi l’absorption du sucre et active l’élimination des graisses. » Dr Jesus Cardenas, allergologue. https://www.doctissimo.fr/nutrition/diaporamas/top-10-des-aliments-minceur/contre-la-cellulite-l-oignon « Tout comme le poireau – lui aussi membre éminent de la famille des alliums –, l’ail et l’oignon aident à dégonfler. « Ils ont un faible index glycémique malgré leur goût légèrement sucré, précise le diététicien-nutritionniste Raphaël Gruman » https://www.marieclaire.fr/,ail-oignon-aliments-sante-aliments-regime-vertus-regime-mauvaise-halene,20132,610265.asp. En savoir plus.

ORGE : « L’orge est riche en fibres solubles, dont la consommation peut contribuer à une normalisation des concentrations sanguines de cholestérol, de glucose et d’insuline. Ces fibres sont donc des composés intéressants dans le traitement nutritionnel des maladies cardiovasculaires et du diabète de type 2.(…)La consommation d’orge, que ce soit sous sa forme entière ou de farine, a été associée à un sentiment de satiété plus élevé une heure et demie après le repas, en comparaison avec une quantité équivalente de pain blanc à base de blé. » Catherine Conan, diététicienne. Références bibliographiques incluses. https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=orge_nu. En savoir plus.

PERSIL : « Le persil déshydraté est une source de manganèse. Le manganèse agit comme cofacteur de plusieurs enzymes qui facilitent une douzaine de différents processus métaboliques. » Audrey Cyr, nutritionniste, Louise Corneau, Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels (INAF). https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=persil_nu. En savoir plus.

Processus métabolique : « Le métabolisme est un système complexe. Il détermine la vitesse et l’efficacité avec lesquelles le corps brûle les calories et la quantité de calories que nous pouvons manger en une journée sans prendre de poids. » Elena Bizzotto, journaliste. https://www.santemagazine.fr/sante/dossiers/physiologie/5-choses-a-savoir-sur-le-metabolisme-336017. En savoir plus.

POISSONS GRAS : « Savez-vous que les Oméga 3 sont de réels alliés de la minceur ? Non seulement ils empêchent la multiplication des cellules graisseuses, mais ils favorisent également la perte de poids. Alors pour un régime réussi pensez aux poissons gras, aux noix et à l’huile de lin. » Florence Daine, journaliste nutrition, Dr Brigitte Blond, médecin, journaliste santé, Dr Jesus Cardenas, allergologue. https://www.doctissimo.fr/html/nutrition/dossiers/omega-3/articles/14300-gerer-poids-omega-3.htm. En savoir plus.

POIREAU : « Le poireau est gorgé de vitamines et de minéraux. Il est préférable de le faire cuire à la vapeur plutôt qu’à l’eau afin de préserver un maximum de minéraux et vitamines durant la cuisson. Le vert de poireau n’est pas à négliger car il est très intéressant sur le plan nutritionnel, en particulier avec son apport en bêta-carotène. » Catherine Conan, diététicienne. Références bibliographiques incluses. https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=poireau_nu. En savoir plus.

POIVRE : « Le poivre est tout d’abord un stimulant digestif, favorisant la salivation comme la production de sucs gastriques. » Dr Jesus Cardenas, allergologue. Références bibliographiques incluses. https://www.doctissimo.fr/html/sante/phytotherapie/plante-medicinale/poivre.htm. En savoir plus.

POIVRON : « Le poivron se situe parmi les végétaux les mieux pourvus en fibres (2 g/100 g), qui stimulent efficacement le transit intestinal, et font de lui un précieux allié de l’élimination. Tout cela pour un apport énergétique très bas : seulement 21 kcal/100 g. Une densité en fibres élevée, et peu de calories, il peut renforcer la teneur du régime en fibres, sans aucun risque d’augmenter excessivement l’apport énergétique. » Journalistes scientifiques et diététiciennes. Références bibliographiques incluses. https://www.lanutrition.fr/bien-dans-son-assiette/aliments/legumes/poivron/les-atouts-sante-du-poivron. En savoir plus.

POMME : « Des études ainsi qu’une revue de la littérature chez l’homme ou l’animal en surpoids ont montré une perte de poids associée à la consommation de pommes (ou l’un de ses composants). » Agnès Mignonac, diététicienne-nutritionniste. Références bibliographiques incluses. https://www.doctissimo.fr/nutrition/famille-d-aliments/guide-aliments/pomme. En savoir plus.

POMME DE TERRE : « La pomme de terre est une source intéressante de fibres.(…)une alimentation riche en fibres peut contribuer à la prévention des maladies cardiovasculaires, ainsi qu’au contrôle du diabète de type 2 et de l’appétit. » Catherine Conan, diététicienne. Références bibliographiques incluses. https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=pomme_de_terre_nu. En savoir plus.

POULET : « Des études chez l’humain indiquent que le fait de privilégier des viandes moins riches en gras saturés, comme le poulet, entraîne une amélioration des taux de lipides sanguins, un élément positif dans la prévention des maladies cardiovasculaires. Cet effet a été observé chez des personnes aux prises avec divers problèmes de santé, notamment un cholestérol sanguin trop élevé, un surplus de poids ou un diabète de type 2 avec complications rénales ». Josiane Cyr, Josée Gagnon, Annie Bédard, nutritionnistes. Références bibliographiques inclues. https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=poulet_nu. En savoir plus.

RAISINS SECS : « La consommation de fruits secs, et particulièrement de raisins secs, pourrait réduire l’obésité abdominale, selon des informations communiquées le 22 avril à la conférence de biologie expérimentale, à la Nouvelle-Orléans (Etats-Unis). Manger des raisins secs faciliterait le régime, et serait positif pour la santé du côlon et du système gastro-intestinal. » Rédaction La Dépêche du Midi. https://www.ladepeche.fr/article/2009/04/24/596974-perdre-du-poids-en-mangeant-des-raisins-secs.html. En savoir plus.

RIZ COMPLET / SEMI-COMPLET : « D’un point de vue nutritionnel, préférez les riz semi-complets ou complets dès que vous le pouvez. En plus de contenir un maximum de nutriments essentiels, ils vous apporteront une sensation de satiété plus longue grâce aux fibres qu’ils renferment. Le fait de passer du riz complet au riz blanc s’appelle le raffinage. Un processus qui élimine de nombreux éléments nutritifs. » Maïa Baudelaire, nutritionniste experte en comportements alimentaires. https://www.mariefrance.fr/equilibre/nutrition/food-police/quel-riz-choisir-164787.html. En savoir plus.

SARRASIN : « Les bienfaits du sarrasin (…) Ces recommandations sont basées sur les résultats de certaines études épidémiologiques qui ont démontré que la consommation de grains entiers serait reliée à un risque moindre de maladies cardiovasculaires et de diabète, de certains cancers et d’obésité. » Léa Zubiria, diététicienne-nutritionniste. Références bibliographiques incluses. https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=sarrasin_nu. En savoir plus.

SALADE : « Bien que peu caloriques, les salades jouent un rôle central sur le rassasiement. Une récente étude américaine* vient d’en apporter la preuve. En ajoutant une salade au repas, les scientifiques américains ont eu l’incroyable surprise de constater que la valeur calorique de celui-ci diminuait. » Hélène Huret, journaliste, Dr Jesus Cardenas, allergologue. Références bibliographiques incluses. https://www.doctissimo.fr/html/nutrition/equilibre_plaisir/articles/nu_7891_abc_salades.htm. En savoir plus.

SAUMON SAUVAGE DE PRÉFÉRENCE :  » Alors que le saumon est l’emblème du régime sain et équilibré, un article dénonçant les teneurs en polluants des saumons d’élevage paru le 17 juin dans le magazine VG a conduit le gouvernement norvégien à revoir ses recommandations à la baisse « . (2013) Alice Flores, journaliste. https://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/06/28/20854-saumon-consommer-avec-moderation. En savoir plus.

SEL : « Un à 2 g de sel (400 à 800 mg de sodium) par jour suffiraient aux besoins de base de l’organisme (…) Depuis une quinzaine d’années, de multiples études ont confirmé l’impact d’un excès de sel sur le risque cardio-vasculaire et suggéré d’autres effets délétères ». Florence Daine, journaliste nutrition, Dr Jésus Cardenas, directeur médical de Doctissimo. Références bibliographiques inclues. https://www.doctissimo.fr/html/nutrition/vitamines_mineraux/sodium.htm. En savoir plus.

SEMOULE : « Une revue de la littérature très rigoureuse réalisée en 2007 avait également démontré que les diètes à faible indice glycémique, comparativement aux diètes faibles en lipides, avaient de meilleurs taux de succès au niveau de la perte de poids. La semoule complète ou le couscous de blé entier possèdent des indices glycémiques moyens tandis que la semoule raffinée ou le couscous traditionnel ont un indice plutôt élevé. » Léa Zubiria, diététicienne-nutritionniste. https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=semoule. En savoir plus.

SIROP D’AGAVE : « Moins calorique que les autres sucres (3 calories par gramme), son IG est de 19. (…) 100 g de sucre dans un gâteau peuvent être remplacés par 75 g de sirop d’agave, soit une « économie » de 162 calories ! » Journalistes scientifiques. https://www.lanutrition.fr/bien-dans-son-assiette/aliments/sucre-et-produits-sucres/avec-quel-produit-sucrer-. En savoir plus.

THON EN BOITE : « Le thon en boite est moins gras que le thon frais : « Le thon n’est pas riche en calories, ce n’est pas un poisson très gras. On trouve environ 150 – 160 calories pour 100 grammes de thon, ce qui est relativement faible surtout que ces calories proviennent essentiellement des protéines. Concernant les lipides, tout dépend de l’espèce de thon mais il n’y a guère plus de 6 ou 7 grammes de lipides pour 100 grammes de thon » explique Marie-Laure André . » Marie-Laure André, diététicienne. https://www.medisite.fr/bien-manger-6-choses-fausses-sur-le-thon.5484948.72.html?page=1. En savoir plus.

TOFU : « Avec 143 kcal pour 100g, le tofu ferme est modérément calorique. Surtout, on soulignera sa haute densité nutritionnelle. En effet, il est une excellente source de protéines végétales bien assimilées par l’organisme. » Léa Zubiria, diététicienne-nutritionniste. Références bibliographiques incluses. https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=tofu_nu. En savoir plus.

TOMATE : « Pour seulement 15 calories aux 100 grammes, la tomate ne mégote pas ses atouts nutritionnels. » Hélène Huret, journaliste, Dr Jésus Cardenas, directeur médical de Doctissimo. https://www.doctissimo.fr/html/nutrition/equilibre_plaisir/articles/8942-tomates-sauces.htm. En savoir plus.

VERMICELLES DE RIZ : « Cet aliment et votre poids : Index glycémique : 60/110 Modéré. Indice de satiété : 0.5/5 Faible. Densité calorique : 1.09/9 Faible densité. Charge glycémique (portion de 100g)14.94/100 Modéré. » https://www.lanutrition.fr/nouilles-de-riz-cuites. En savoir plus.

YOGOURT : « Dans certains produits aromatisés, on ajoute tellement de sucre qu’on parle plus d’une friandise que d’un aliment santé. D’un point de vue nutritionnel, il est toujours préférable de choisir un yaourt nature, sans sucre ni autres ingrédients ajoutés, et de l’agrémenter au moment de le consommer. » Catherine Conan, diététicienne. Références bibliographiques incluses. https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=yogourt_nu. En savoir plus.

Haut de page

LES OLÉAGINEUX

Les oléagineux sont « les aliments végétaux dont on extrait de l’huile. Certains sont des graines (sésame, courge, lin, tournesol, cola, …), d’autres sont des fruits (noix, amande, noisette, pignon, pistache, olive…). (…) Ils sont peu consommés par les Occidentaux et pourtant, ils renferment des quantités importantes d’acides gras essentiels : ce sont les oléagineux. » Référence bibliographique incluse. https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=oleagineux. En savoir plus.

Haut de page

LES NOTIONS

Charge glycémique : « La charge glycémique prend à la fois en compte l’IG de l’aliment et la quantité de glucides que vous avalez. Ainsi, la charge glycémique (CG) d’un aliment évalue la capacité à élever le sucre sanguin d’une portion courante de cet aliment. » Collectif LaNutrition.fr, journalistes scientifiques et diététiciennes. https://www.lanutrition.fr/bien-dans-son-assiette/le-potentiel-sante-des-aliments/index-et-charge-glycemiques/la-charge-glycemique. En savoir plus.

IG : Index glycémique : « L’index glycémique (IG) d’un aliment nous renseigne sur la qualité de ses glucides : il indique la vitesse à laquelle le glucose qu’il contient se retrouve dans le sang après ingestion. Mais il ne tient pas compte de la quantité de glucides que contient cet aliment. Or l’impact d’un aliment sur l’organisme dépend à la fois de son IG et de la quantité que vous avalez. » Collectif LaNutrition.fr, journalistes scientifiques et diététiciennes. https://www.lanutrition.fr/bien-dans-son-assiette/le-potentiel-sante-des-aliments/index-et-charge-glycemiques/la-charge-glycemique. En savoir plus.

PRAL : « L’indice PRAL permet de savoir quel aliment est alcalinisant et quel aliment est acidifiant.(…) PRAL est l’abréviation de Potential Renal Acid Load, ce qui signifie en français « charge rénale acide potentielle ». (…) L’indice PRAL a été mis au point par le Dr Thomas Remer, spécialiste de l’équilibre acide-base à l’Institut de recherche pour la nutrition des enfants à Dortmund en Allemagne. (…) Il est important de prendre en compte la quantité d’aliment consommée. » Florence Piquet, auteure du Guide de l’équilibre acide-base. https://www.thierrysouccar.com/sante/info/quest-ce-que-lindice-pral-500. En savoir plus.

SANS SUCRES AJOUTÉS : « Si la consommation de sucres devient trop importante et qu’ils ne sont pas utilisés pour l’activité physique, alors le stockage d’énergie s’opère davantage dans les tissus adipeux. En d’autres termes, si en quantité raisonnable les sucres ne font pas grossir, ils favorisent l’embonpoint quand leur quantité devient excessive. » Anne Lefèvre-Balleydier, journaliste scientifique. https://sante.lefigaro.fr/article/comme-le-gras-le-sucre-en-exces-nous-fait-grossir/. En savoir plus.

MICROBIOTE : « Le microbiote, c’est l’ensemble des bactéries, virus et levures qui colonise plus de la moitié de notre organisme et se concentre particulièrement dans l’intestin, « sa capitale ». Il est, en quelque sorte, une interface entre notre corps et le monde extérieur, et le premier à subir de plein fouet l’impact des effets néfastes de notre alimentation et de l’environnement. » p.14 – Maigrir de plaisir en charmant ses bactéries – Thierry Souccar Éditions, 2020 – Dr Martine COTINAT gastro-entérologue.

Haut de page

LIVRES

LA MAGIE DE LA DIGESTION

Dr Kahina Oussedik, biochimiste alimentaire, Dr Karim Ferhi, chirurgien urologue. Comment fonctionne notre système digestif. Thèmes : Comment reprendre le contrôle de sa digestion. Les combinaisons alimentaires : mode d’emploi. Alimentation : du bon sens avant tout.

Haut de page

LAIT, MENSONGES ET PROPAGANDE

Thierry SOUCCAR, journaliste scientifique, éditeur, auteur, membre de l’American College of Nutrition. Aussi, Pr Henri Joyeux, cancérologue, Pr Jeff Holly Université de Bristol. Comment on vous fait croire que le lait est l’aliment idéal et que vous n’avalez jamais assez de calcium. Les preuves que les laitages ne préviennent pas l’ostéoporose. La protéine du lait qui déclenche les tumeurs. Dans le lait, un accélérateur de cancers. Comment prévenir l’ostéoporose sans se bourrer de lait.

Haut de page

MAIGRIR DE PLAISIR EN CHARMANT SES BACTÉRIES

Dr Martine Cotinat, médecin gastro-entérologue formée à la nutrition, à la micronutrition et à la phyto-aromathérapie. Thèmes : Des kilos en trop : une histoire de bactéries intestinales. Les amis et les ennemis du microbiote protecteur. Votre programme pour maigrir en charmant vos bactéries. Les compléments alimentaires, de précieux alliés santé.

Haut de page

VIDÉOS

Je constate que les auteurs ont des informations très intéressantes mais ne sont pas d’accord sur tous les sujets notamment sur la quantité dans l’assiette selon le moment de la journée. Je pense que cela dépend de l’activité. Pour l’avoir moi-même constaté, assise toute la journée à un bureau, il ne vaut mieux pas que je mange conséquent le matin et le midi. Pour le travail physique par contre, il parait logique de manger davantage. Marion, auteure du blog.

INTESTINS, LES BONNES COMBINAISONS ANTI-INFLAMMATOIRES

https://www.youtube.com/watch?v=qyz10kYc6oY. Consulter.

Dr Kahina Oussedik, docteur en biochimie moléculaire et alimentaire, et le Dr Karim Ferhi, chirurgien urologue.

  • Les féculents non compatibles avec les aliments acides, actions sur les enzymes. (02:20)
  • La mauvaise digestion favorise le stockage des graisses. (03:23)
  • Moins il y a de mauvaises combinaisons, mieux on digère. (03:45)
  • Les aliments font partie de groupes alimentaires (protéines, neutres, amidons, acides). (03:58)
  • Le petit déjeuner traditionnel, indigeste, inadapté (trop sucré, amidon + acide). (04:20)
  • Manger des légumes crus et cuits. (04:59)
  • Les maladies inflammatoires du tube digestif liées à la mauvaise digestion. (06:14)
  • L’inflammation perturbe le système immunitaire. (07:50)
  • L’inflammation chronique est à l’origine d’un nombre considérable de maladies. (08:43)
  • L’inflammation chronique a plusieurs origines dont la mauvaise hygiène de vie avec l’alimentation dont les excès de sucre, d’acides gras trans, de produits transformés qui perturbent le microbiote et l’altère. (10:00)
  • La santé de nos cellules dépend de la qualité de notre intestin qui elle-même dépend de la qualité de notre microbiote qui elle-même dépend de la qualité de notre alimentation. (11:45)
  • L’inflammation : quand les bactéries défensives de l’intestin traversent la barrière abîmée et passent dans le flux sanguin. (12:20)
  • La diversité bactérienne pour l’équilibre. (13:30)
  • Depuis 10 ans, le microbiote est au centre des recherches scientifiques et son implication dans l’appariation maladies se révèle. La porosité intestinale laisse passer des mauvaises bactéries susceptibles d’altérer les organes. (14:00)
  • Définition des maladies de l’intestin (Cohn, rectocolite). (16:50)
  • Toutes ces pathologies ont en commun le déséquilibre du microbiote, la dysbiose. (18:45)
  • Des patients qui font de bonnes combinaisons alimentaires, retrouvent une meilleure digestion et leurs troubles diminuent. (19:23)
  • Le diagnostic de l’inflammation. (19:44)
  • Certains épices, leurs polyphénols, actions antiinflammatoires et optimisant l’efficacité de certains traitements. (26:10)
  • Attention aux probiotiques, ils peuvent développer un groupe de bactéries au détriment d’un autre tout aussi utile. (28:25)
  • L’alimentation anti-inflammatoires. (29:45)
  • Exemples de bonnes associations alimentaires. (39:53)

Haut de page

LA RÉVOLUTION DES INDEX GLYCÉMIQUES POUR MAIGRIR

https://www.youtube.com/watch?v=SGy5fAevgUk. Consulter.

Dr Réginald Allouch, médecin nutritionniste, ingénieur biomédical, chercheur en prévention du diabète. A 1 min 08 : qu’est ce que l’index glycémique ? Notion fondamentale pour la santé.

  • Le sucre se stocke sous forme de graisses. (03:40) et (17:57)
  • Les différents sucres (rapides, lents). (04:30)
  • Deux types de sucres lents : un métabolisme et un stockage différent. (05:33)
  • Plus le sucre est simple, plus l’insuline s’élève vite et en quantité, plus le stockage opère. (06:20)
  • La cuisson de l’aliment peut transformer un sucre lent en sucre rapide. (07:15)
  • Différents types de riz et index glycémiques. (08:05)
  • La cuisson vapeur, meilleure cuisson. (08:35)
  • Passage au frigo après cuisson dans l’eau = rétrogradation de l’amidon = baisse de l’index glycémique. (09:03)
  • La charge glycémique (quantité/repas) : meilleure mesure que l’index glycémique. (11:35)
  • La santé est liée à la modération du sucre. (12:00)
  • L’index glycémique absent des étiquettes pour protéger les ventes. (12:34)
  • Le sucre est partout, il a envahi les produits alimentaires de toutes sortes. Notre appétence naturelle pour le sucre nous oriente vers sa consommation. De plus, il n’est pas règlementé. C’est un atout marketing. (13:40)
  • Instaurer une routine alimentaire permet de conserver une bonne nutrition tout en profitant de repas de fêtes occasionnels. (15:25)
  • La notion d’index glycémique est incontournable pour être moins dépendant de l’attirance qu’on ressent vers le sucre omniprésent. (16:12)
  • Le foie devient gras quand le corps ne parvient plus à stocker l’excès de sucre dans les adipocytes. Cela devient une maladie appelée NASH qui peut évoluer de façon plus grave. (18:20)
  • Le mieux est de consommer régulièrement les sucres à index glycémiques moyen et bas : inférieurs à 55. (19:25)
  • Mieux que l’index glycémique, la charge glycémique, qui considère également les quantités. (19:30)
  • La table des index glycémique est importante pour perdre du poids, le stabiliser, pour se prémunir du diabète et pour les diabétiques. (21:38)
  • Ne pas oublier d’associer la notion de charge glycémique. (21:53)
  • Exemples de modification des index glycémiques d’aliments selon leurs cuissons.(22:20)
  • Quand on connait bien le rapport index glycémique / quantité, on s’interdit moins d’aliments.(22:53)
  • Les fruits doivent être mangés à distance des amidons, féculents pour éviter le stockage.(23:25)
  • Le fruit, nutritionnellement supérieur au jus. (25:20)
  • La résistance du foie à l’insuline (diabète) vient d’un foie qui travaille trop. (25:50)
  • Les bienfaits des fibres contenus dans les légumes en rapport avec la charge glycémique. (28:34)
  • La fleur d’oranger aide à la digestion lors des repas lourd.(29:30)
  • Le pain au levain et traditionnel, nutritionnellement supérieur, attention tout de même à la quantité. Astuce avec le pain blanc si on ne pas se permettre l’achat de ce type de pain.(30:40)

Haut de page

LE FOIE : ORGANE CLÉ DE LA MINCEUR

https://www.youtube.com/watch?v=M3cmQFIIr7g. Consulter.

Dr Réginald Allouch, médecin nutritionniste, ingénieur biomédical, chercheur en prévention du diabète.

  • L’influence du sucre sur le foie, les deux types de diabète, y compris des enfants. (0:55)
  • Causes : mauvais comportement alimentaire et manque d’exercice physique. (1:34)
  • Pourquoi l’exercice physique est fondamental pour le foie. Le système lymphatique. (1:35)
  • Le fonctionnement du foie en cycle circadien : jour/nuit. (4:48)
  • L’appétence au sucre favorise la prise de poids et le diabète et elle est amplifiée par des horaires de travail de nuit. (6:35)
  • Pourquoi ne surtout pas grignoter le soir ni se lever pour manger la nuit. Stockage des graisses. (07:05)
  • Conseil pour les travailleurs de nuit. (09:26)
  • Bouger évite de stocker. (09:40)

Haut de page

LE MICROBIOTE, LA CLÉ POUR PERDRE DU POIDS

https://www.youtube.com/watch?v=lcNtXR4XSUg. Consulter.

Dr Martine Cotinat, gastroentérologue, spécialiste du reflux gastro-œsophagien et spécialiste du traitement nutritionnel.

  • Le microbiote et son rôle considérable pour notre santé. (01:20)
  • Le microbiote est déséquilibré chez les personnes en surpoids dans le sens de la biodiversité, à l’image des maladies de civilisation. (01:35)
  • Le microbiote influence nos prises de poids. (02:30)
  • Qu’est ce que le microbiote ? (03:08)
  • Le rôle du microbiote dans l’intestin (immunité / digestion / assimilation / métabolisme / stockage des graisses). (03:50)
  • Le rôle du microbiote dans la perte de poids. (04:30)
  • L’IMC ne suffit pas à déterminer le risque pour la santé de l’individu, le périmètre abdominal est plus fiable. (08:25)
  • La perte de graisse abdominale réduit les risques de problèmes de santé. (12:15)
  • L’alimentation joue un rôle prépondérant sur la qualité du microbiote. (14:20 et (19:50)
  • Le microbiote déséquilibré favorise l’inflammation proportionnelle au poids et qui favorise la résistance à l’insuline donc l’établissement du diabète, à la leptine (résistance à la satiété). (17:15)
  • Le microbiote influence notre moral. (17:50)
  • L’importances des prébiotiques contenus dans les fibres, des polyphénols (fruits rouges, noix), des oméga 3 (huiles colza , lin, noix, poissons gras), des protéines végétales ( légumineuses, oléagineux, céréales complètes) pour le microbiote. (21:00)
  • Les légumineuses, plus intéressantes que les céréales. (24:58)
  • Les ennemis des bonnes bactéries (graisses saturées en excès, sucre industriel, édulcorants, cuisson à haute température. (26:00)
  • Intégrer des crudités à ses menus nourrit le bon microbiote. (28:30)
  • Attention à l’eau du robinet. (30:00)
  • Attention aux compléments alimentaires, ce qui est primordial c’est l’hygiène de vie et la bonne alimentation. (31:40)
  • Le stress, les minéraux, la vitamine D par l’exposition à la lumière solaire, sont essentiels. (33:00)

Haut de page

SATIÉTE, RASSASIÉ, LES CLÉS DE LA MINCEUR

https://www.youtube.com/watch?v=AsyroPZ4XbE. Consulter.

Dr Réginald Allouch, médecin nutritionniste, ingénieur biomédical, chercheur en prévention du diabète.

  • Les signaux de rassasiement. (12:06)
  • L’influence des publicités, de l’éducation, l’importance de ne pas garder des tentations chez soi. (17:18)
  • Le comportement raisonné. Le cerveau et l’influence du centre de la récompense sur l’appétit. (18:20)
  • La dimension psychologique. (26:25)
  • 3 raisons pour lesquelles on peut avoir tout le temps faim. (30:40)
  • L’addiction au sucre. (32:30)
  • Les aliments de la satiété. (35:30)

SUCRE : COMMENT ILS NOUS RENDENT ACCROS – Tout compte fait.

https://www.youtube.com/watch?v=e268OA-R_fA. Consulter.

Détails de la vidéo prochainement.

Haut de page

Je veux recevoir chaque nouvelle recette documentée par mail :